Blog sur le vin

Ne ratez pas nos articles sur le monde du vin. Caves, types d'élaborations, régions viticoles, accords, interview des meilleurs professionnels de la scène viticole, toute l'actualité sur le monde du vin...

Nous faisons la connaissance de Nacho Martínez, l'expert œnologue de Decántalo

20/12/2021 Entretiens

Il n'y a aucune bouteille dans la gamme de vins et de vin mousseux de Decántalo que Nacho Martinez ne connaisse pas ou n'ait pas goûtée. Dansses veines coule un enthousiasme intense pour le vin, une émotion pour découvrir et partager ces « bouteilles licornes » qu'il rencontre en chemin, lorsqu'il voyage dans sa camionnette ou qu'il pédale sur son vélo à travers les vignobles.

« Pistacho », comme on l'appelle principalement dans le monde du vin, est à la base de l'internationalisation du catalogue Decántalo, c'est aussi un guide de voyage qui accompagne nos amateurs de vin à travers les pays, les régions et les variétés par le biais des sélections Decántalo qu'il conçoit pour que nos clients puissent profiter de nombreuses expériences vinicoles différentes. Des bouteilles sélectionnées avec soin, avec la passion sincère de celui qui est ému par un verre de vin.

Cet œnologue basque collabore également à l'élaboration de deux intéressants vins rosés des caves 4 kilos et Comando G, qui ont surpris les dégustateurs de Parker.

Connaissons un peu mieux Nacho Martinez, l'expert en vins de Decántalo.

- Pour vous, qu’est ce que le vin ?


Il s'agit d'une forme d'expression entre les personnes et le territoire. C'est aussi une émotion partagée, surtout après avoir bu quelques bonnes bouteilles.
 
– Quel est votre souvenir le plus lointain lié au vin ?

Quand mon père venait avec sa bande de La Rioja avec du vin en vrac et qu'ils le mettaient en bouteille sur la terrasse de la maison.

- Ceux d'entre nous qui vous connaissent un peu mieux savent que votre enthousiasme pour le vin est un élément fondamental de votre ADN. Pouvez-vous imaginer vivre sans lui ? Par quoi le remplaceriez-vous ?

Honnêtement, non. En tout cas, je le remplacerais par de la musique.

- Vous êtes un amateur de vin « polyvalent », pourriez-vous nous parler un peu de vos expériences jusqu'à votre arrivée chez Decántalo pour gérer son catalogue de vins ?

J'ai changé de métier, et de vie, il y a 12 ans. J'ai déménagé à Barcelone pour étudier la viticulture et l'œnologie à l'Escuela Agraria d'Espiells. Pendant mon stage, nous sommes allés avec un collègue faire les vendanges à Beaune, en Bourgogne, et c'est là que j'ai commencé à comprendre l'ampleur du monde du vin, avec ses centaines de « crus » et de profils de vins dans une zone aussi concentrée et seulement deux cépages principaux. Dans le cadre du deuxième cours, nous avons visité la Galice et la région du Bierzo, où j'ai été surpris par le nombre de cépages de la région et leurs différents goûts.

Pendant mes études, j'allais dans un magasin de vin naturel du quartier de Gràcia, l'Ànima del ví, tenu par un Parisien « fou », Benoît Valée, qui me disait qu'il n'était pas nécessaire de mettre du soufre dans le vin, que c'était le contraire de tout ce que j'apprenais. Quelques années plus tard, il a ouvert le bar à vin du Born, où l'on découvre chaque jour quelque chose de nouveau sur le vin naturel.

Pour terminer mes études, j'ai fait un stage dans un magasin de vin, où j'ai ensuite travaillé pendant un certain temps. C'est là que j'ai commencé à assister à des dégustations et à m'initier à la culture du vin d'un point de vue plus global. L'étape suivante a été le lien entre le vin et la restauration. J'ai commencé à La Teca de Vila Viniteca, où j'ai établi des relations avec des viticulteurs et des vinificateurs et où j'ai eu l'occasion de déguster de grands vins. Je suis ensuite allé à Monvínic où j'étais chargé de sélectionner les verres du « bar à vins », où j’ai pu élargir mes connaissances de l'atlas mondial du vin.  
 
De Monvínic, je suis passé à Decántalo, où j'ai commencé à travailler sur le catalogue des vins nationaux. Après 3 ans, nous avons vu que nous devions faire le saut vers l'internationalisation de notre offre, en essayant d'offrir à nos clients le plus grand et le plus large catalogue de vins internationaux sur le marché en ligne.

- Beaucoup vous connaissent plus comme « Pistacho » que comme Nacho Martinez. Vous semblez très à l'aise avec votre « nom de guerre », mais pourriez-vous nous dire comment est né « Pistachio » ?

Très simple, une rime facile pour mon profil de vin. Et facile à lire...

-Vous avez goûté d'innombrables vins, vous avez parcouru des centaines de kilomètres dans votre camionnette pour connaître les projets viticoles et les appellations d'origine « in situ ». Qu'est-ce que vous avez trouvé dans les caves Comando G (Madrid) et 4 Kilos (Majorque) qui vous a captivé au point de décider de commencer à élaborer vos propres vins avec eux ?

Principalement l'amitié, mais aussi une vision commune du monde du vin et beaucoup, beaucoup de bouteilles.  

- Avec 4 Kilos Moteur Pistache Rosé est né et très récemment Comando Pistachio Cadausolo de los Vidrios est né, un vin rosé que vous élaborez avec Comando G.  Deux grands domaines viticoles qui, depuis quelque temps, font beaucoup parler d'eux (positivement), mais qu'est-ce qui vous a décidé à élaborer deux vins rosés ? Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur ces vins ?


Rosé parce que je voulais imiter l'un des vins qui m'a le plus ému dans ma vie, le Valentini Cerasoulo d'Abruzzo 2008. Le Cerasoulo d'Abruzzo est une production typique de cette région italienne pour l'élaboration de vins rosés. D’ailleurs, l'été dernier, nous étions dans la camionnette et nous traversions cette région à vélo.

Pour les deux projets, nous avons essayé de recréer l'essence de ce vin en le réinterprétant avec les caractéristiques de chaque région.

- Depuis que vous êtes directement impliqué dans l'élaboration du vin, votre perception a-t-elle changé lorsqu'il s'agit de déguster les vins d'autres projets et, surtout, lorsque vous devez choisir, parmi tant de vignerons -nationaux et internationaux- ceux qui feront partie du catalogue de vins Decántalo ?


Je ne pense pas. En tant que responsable d'un catalogue aussi important , vous devez faire la différence entre vos propres préférences et ce que peuvent être les tendances du marché à un moment donné. Quoi qu'il en soit, notre vaste catalogue comprend des options pour tous les types de consommateurs, même si, personnellement, j'aime présenter des vins nouveaux, différents et avec beaucoup de personnalité.

- Depuis l'apparition de la pandémie, la consommation de vin à domicile a augmenté et, par conséquent, l'achat de vin sur des plateformes de vente en ligne également. Pensez-vous que cette pratique va perdurer ? Cela a-t-il influencé la manière dont Decantalo élabore son offre ?


En Espagne, cette pratique devrait très probablement durer ; dans les pays d'Europe du Nord, elle était déjà courante. Nous avons remarqué un changement dans le profil de l'acheteur, des personnes plus jeunes qui recherchent des vins plus frais, biologiques, naturels, etc. Je pense que nous nous sommes préparés à ce type de profil de vin depuis longtemps.

- Dans le catalogue Decántalo, il est de plus en plus possible d'acheter des vins issus de sélections déjà créées. Pouvez-vous nous dire comment cela fonctionne et comment vous pensez que cela aide le consommateur à faire ses achats ?

Nous faisons des sélections de vins par thèmes, profils, zones, etc., afin que les gens puissent s’initier et, s'ils l'apprécient, aller plus loin. Nous essayons de varier les gammes pour que le consommateur puisse se faire une idée assez générale.

Nous traverserons de grandes régions viticoles espagnoles comme la Rioja et le Priorat, ainsi que des régions françaises et italiennes comme le Bordeaux et le Piémont, où nous pourrons goûter l'essence de chaque endroit.

Nos sélections se sont concentrées sur des variétés internationalisées comme le Chardonnay ou la Syrah et nous pourrons percevoir les différents profils fournis par une même variété dans différents pays et zones.

Lesnouvelles tendances en matière de vinification, comme les vinsnaturels, où le prisme des arômes et des saveurs s'élargit et ouvre de nouveaux horizons. Même une sélection Decántalo des meilleurs vins à moins de 10 €, où vous pourrez boire de très bons vins pour le plus grand plaisir.

Et bien d'autres sélections que nous ajouterons dans cette section afin que les clients de Decántalo puissent profiter de nombreuses expériences vinicoles différentes.

- Inévitablement, pour des raisons professionnelles, vous goûtez beaucoup de vins de styles et d'origines différents, mais lorsque vous ne travaillez pas, qu'aimez-vous boire pour le plaisir ? Avez-vous des préférences en fonction de votre humeur ou selon que vous êtes seul ou accompagné ? Quel type de vin est indispensable lors d'une réunion entre amis ?

J'aime boire des vins qui viennent des gens. Quand j'aime un vin, en plus d'essayer de connaître le lieu, j'aime aussi recueillir des informations sur le vigneron. Je crois que les vins de petite production, les gens avec leurs expériences, leurs connaissances et leurs perceptions, donnent beaucoup de caractère au vin et le rendent unique. 

Également des vins classiques qui sont restés fidèles à leur style et qui ne suivent pas les modes. On pense à Beppe Rinaldi, de Barolo dans le Piémont, qui a défendu jusqu'au bout sa vision du Barolo classique, contre la monoculture de la vigne dans la région, avec une longue macération des raisins et un vieillissement en « Bottis » slaves et non en barriques françaises. Aujourd'hui, ses filles perpétuent intact l'héritage de leur père. Des vins qui sont difficiles à trouver et qui prouvent l'obstination avec laquelle il a défendu sa vision de l'interprétation du territoire où il est né.

Boire du vin avec des amis est la meilleure chose qui soit, car on peut ouvrir beaucoup plus de bouteilles... hahaha. Non, sérieusement, partager des bouteilles est enrichissant et les plus spéciales ne se boivent jamais seul. C'est l'une des grandes qualités du vin, il est très social.  Avec un bon repas et une bonne bouteille, il y a toujours de la place pour de nombreux vins aux profils variés, mais avec un fil conducteur : leur authenticité. 

- Enfin, puisque vous dégustez tant de vins pour le plaisir et pour le travail, pourriez-vous nous dire quel est le dernier vin qui vous a ému et pourquoi ?

Bufff... Que c’est difficile ! J'aime beaucoup les vins produits par les personnes les plus proches, voir comment ils évoluent et comment ils vous surprennent chaque année. Mais si je dois en choisir un, c'est Cappellano Barolo Piè Rupestris, un Nebbiolo classique et inépuisable !

Abonnez-vous maintenant à notre newsletter. Recevez des offres exclusives et des nouvelles de notre boutique de vin.