Vin de la cave Pétrus

Le région de Bordeaux est internationalement reconnue comme la première et la plus importante zone viticole du monde. Connue pour ses innombrables châteaux, la capitale de la Nouvelle-Aquitaine se situe au sud-ouest de la France. De grands noms ont été écrits en marge de leurs vignobles. Ses régions sont devenues le berceau des vins les plus convoités comme le Saint-Émilion, le Médoc, le Graves ou le Pomerol. C'est justement à Pomerol que se situe une cave qui se démarque des autres et dont la trajectoire est « ferme comme la pierre », comme son nom l'indique. Ses vins transcendent les autres pour devenir des breuvages légendaires et convoités, mais ils ont surtout gagné l'honneur et la réputation d'être considérés comme les meilleurs vins du monde. Il s'agit bien évidemment de Pétrus.

Filtrer par

Prix
Notation
Pays
Zone d’élaboration
Apellation
Cave
Vieillissement
Type de raisin
Élaboration
Format
Mariage
Année

Il y a 2 produits.

2 productos

Filtres actifs

Petrus 2014

Un vin rouge de Pomerol de légende

France   AOC Pomerol (Bordeaux)

Petrus 2014
Aperçu rapide
Prix 3 050,10 €
TVA incl.
93
Parker

Petrus 2015

Un vin rouge de Pomerol de légende

France   AOC Pomerol (Bordeaux)

Petrus 2015
Aperçu rapide
Prix 4 699,65 €
TVA incl.
100
Parker
100
Decanter
100
Suckling

Connu Petrus

L' histoire de Pétrus

Pétrus, le vin « sans château »

Contrairement aux grands vins de Bordeaux et à la plupart des caves de la région, Pétrus ne compte pas de construction qualifiée de château dans son vignoble. Par conséquent, sur l'étiquette de ses vins, il n'est jamais mentionné Château Pétrus.

Dans le domaine, vous pouvez admirer une statue en pierre représentant Saint Pierre (Pétrus) avec la clé du royaume des cieux, une métaphore idéale pour accueillir les visiteurs dans le vignoble.

La propriété appartient à la famille Arnaud depuis la fin du XVIIIe siècle. D’ailleurs, certains de ses millésimes ont été commercialisés sous le nom de Pétrus-Arnaud. L'édition 1868 de Cooks & Feret, annuaire historique des vins de Bordeaux, mentionnait déjà Pétrus comme l'un des meilleurs vins de Pomerol. Dix ans plus tard, en 1878, lors de l'Exposition universelle de Paris, Pétrus remporta une médaille d'or, promouvant ainsi son nom et celui de la région où il est né: Pomerol.

En 1925, la famille Arnaud commença à vendre progressivement la propriété à Edmond Loubat, un propriétaire hôtelier de Libourne, région où se situe Pomerol. Et c'est finalement sa veuve, Mme Marie-Louise Loubat, qui finit par l’acquérir dans son intégralité en 1945. C'est à partir de ce moment là que l'âge d'or de Pétrus commença.

Madame Loubat avait un sens inné des affaires et travaillait d'arrache-pied pour tirer le meilleur profit de son terroir, estimant que son vin devait être vendu au même titre que les grands vins de Bordeaux. A cette époque, le domaine Pétrus comptait sept hectares.

Madame Loubat entreprit une tournée mondiale pour faire connaître son vin. En 1947, son breuvage fut servi lors du banquet de mariage de la reine Elizabeth II en présence de la veuve Loubat et de sa nièce Lily Lacoste qui, en 1962, hérita du domaine Pétrus au décès de Marie-Louise Loubat.

En 1964, Jean-Pierre Moueix acheta une partie des actions du domaine, devenant ainsi copropriétaire. Il a consolidé le mythe qu'est devenu le Pétrus aujourd'hui.

La même année, Jean-Claude Berrouet, alors âgé de 22 ans, arriva à Pétrus sans aucune expérience pour réaliser son premier millésime en tant qu’œnologue. Il occupa ce poste avec discrétion et élégance pendant 40 ans, jouant ainsi probablement un autre rôle clé dans l'histoire de cette cave légendaire. Si certains pensent qu'il est le secret du mythe, d'autres, en revanche, voient en Berrouet le chef d'orchestre de la cave, ayant travaillé avec suffisamment de sensibilité pour comprendre et savoir que cette terre était à l'origine d'un vin de grande qualité.

En 1970, Pétrus racheta 4,5 hectares de vignes à son voisin, le Château Gazin, passant ainsi de 7 à 11,5 hectares. Aujourd'hui, Olivier Berrouet, fils de Jean-Claude Berrouet, est l'œnologue de ce vignoble mythique.

En 2003, après le décès de son père Jean-Pierre Moueix, Jean-François Moueix est devenu propriétaire de Pétrus. Mais en septembre 2018, l'homme d'affaires américano-colombien Alejandro Santo Domingo acheta 20% des actions de Pétrus.

Philosophie de travail de Pétrus

Pétrus élabore son grand vin uniquement à partir de raisins du cépage merlot. La cave a été l’une de premières à pratiquer la taille en vert afin de réduire la production pour obtenir moins de grappes, mais avec une concentration et une qualité élevées.

Selon son légendaire viticulteur, Jean-Claude Berrouet, à Pétrus, les vignobles sont travaillés avec une intervention minimale pour permettre l’expression des variations climatiques à travers le vin, marquant ainsi le caractère de chacun des millésimes. Berrouet a également déclaré que «les vins qui consolident une histoire donnent plus de plaisir » .

Il est évident que les vignes sont traitées avec le plus grand soin, tout comme la sélection des grappes qui passent par de courtes macérations et fermentent dans des cuves en béton à l’état brut avec contrôle de la température. Ce type de contenant est thermiquement neutre, minimise l'apport en oxygène et favorise le développement d'arômes évitant une extraction excessive.

Pour l'élaboration du Pétrus, chaque cuve est strictement présélectionnée avant l'assemblage final. Des parcelles peuvent même être rejetées et être exclus de la vinification du Grand Vin. Les vins jeunes sont vieillis dans des fûts neufs composés à 50% de chêne français pendant une période allant de 12 à 24 mois, dépendant d'un millésime à l'autre.

À titre indicatif, voici une petite anecdote : comme il a une fois plu pendant les vendanges, ils ont eu recours à un hélicoptère qui permettait de sécher les raisins avec l'air qu'il produisait. Cette anecdote ne correspond pas vraiment à la philosophie de Pétrus, mais cette technique a fonctionné dans ce cas précis.

Les chanceux qui ont pu le goûter s'accordent à dire que le Pétrus est concentré, puissant, profond et, avant tout, délicieux. C'est un vin équilibré aux arômes pénétrants, de caractère et très élégant. Dans ses meilleurs millésimes, il peut même dégager une force semblable à celle d'un bon Porto. Selon son œnologue, le merlot sur les terres de Pomerol donne des vins sensuels, doux et modernes.

Certains affirment qu'il est si complexe et intéressant qu'il est impossible de le décrire dans son intégralité car il ne finit pas d'exprimer des nuances et des arômes. Un vin qui captive ceux qui savent l'apprécier.

Situation de Pétrus

Le Pétrus provient de parcelles situées sur une haute terrasse à Pomerol, avec un sol unique composé de crasse de fer, une argile riche en fer. Les hectares achetés à Le Château Gazin ont un sol composé de graviers. Ce terroir semble correspondre à merveille à l'élaboration du merlot.

Au début, Pétrus possédait des vignobles composés d'environ 20% de Cabernet Franc et 80% de merlot. Par la suite, 95% des parcelles ont été cultivées avec le cépage Merlot et seulement 5% des vignobles sont restés dédiés au cépage Cabernet Franc, utilisé uniquement pour le coupage lors des années bien mûres. Depuis 2010, le vignoble se compose à 100% du cépage merlot.

Les vignes ont entre 40 et 45 ans. En 1956, Pétrus a connu une période de gel glacial qui empêcha la production du vin. Heureusement, ils n’ont jamais eu à revivre une telle situation. Les pieds de vigne n'ont pas été replantés. Des greffes ont été réalisées avec succès sur des racines existantes. Il pratique cette technique à chaque fois afin de maintenir les vignes à un âge moyen de 45 ans environ.

Meilleurs millésimes de Pétrus

Les grands millésimes unanimement reconnus sont ceux de 1929, 1945, 1947, 1961, 1964, 1982, 1989, 1990, 2000, 2005, 2009 et 2010.

Les millésimes 1921, 1929, 1947, 1961, 1989, 1990, 2000, 2009 et 2010 ont reçu un score de 100/100 par le célèbre critique Robert Parker.

En 1965 et 1991, les récoltes ne permettaient pas de produire du vin de qualité. C'est pourquoi ces millésimes n'existent donc pas. Et comme nous l'avons déjà mentionné auparavant, l'année 1956 a connu le même sort, n'ayant pas eu de production en raison d'une grande période de gel désastreuse. Pour les années 1963, 1968, 1977 et 1984, comme les récoltes ont été très limitées et que la qualité était très juste, il n'a donc pas été possible de réaliser une production plus importante.

Situation de Petrus