Blog sur le vin

Ne ratez pas nos articles sur le monde du vin. Caves, types d'élaborations, régions viticoles, accords, interview des meilleurs professionnels de la scène viticole, toute l'actualité sur le monde du vin...

Vins mousseux, le goût se trouve dans la couleur

Bien que les vins mousseux aient toujours été associés aux célébrations, de plus en plus d'amateurs de vin dégustent ce type de vin au quotidien. Frais, pétillants et très gastronomiques, ils sont idéaux à déguster lors des températures élevées de ce prochain solstice d'été. Cependant, lorsqu'il s'agit de choisir un vin mousseux, nous avons l’embarras du choix.

Les différentes méthodes de vinification déterminent en fait la qualité du vin, la quantité de dioxyde de carbone et le pourcentage de sucre résiduel dans chaque bouteille. Mais le choix des cépages utilisés est un autre aspect important qui détermine les caractéristiques organoleptiques d'un vin mousseux. Il aidera l’œnologue à décider s'il doit produire un vin mousseux blanc ou rosé. Cependant, comme dans de nombreuses variantes de la vie, ce qui est aujourd'hui un choix était au début le résultat du hasard.

Le triomphe d'une erreur

Tout a commencé dans le berceau des vins mousseux, dans la région de Champagne. Au milieu du XIXème siècle, cette boisson était déjà connue dans le monde entier et était un symbole de luxe et de glamour. Un vin mousseux à la bulle constante et attrayante et à la couleur jaune cristalline des plus séduisantes était l'objet du désir des classes sociales les plus riches. Cependant, parfois, soit à cause des raisins eux-mêmes, soit parce que le moût est resté trop longtemps en contact avec les peaux, le vin était excessivement coloré. En raison de cette caractéristique qui était considérée comme une erreur impardonnable par l’œnologue, ce vin était retiré du marché. Mais comme dans tous les secteurs, il y a toujours un malin qui essaie de vendre un « produit frauduleux ». Et c'est ainsi qu'un ou deux vignerons avisés ont eu la sagesse d'avaliser ledit vin mousseux dans des locaux de bas étage avec une luminosité réduite pour que leurs clients ne perçoivent pas la couleur « défectueuse ». Un piège dans lequel sont progressivement tombés de plus en plus de consommateurs et qui a fait qu'au début du XXème siècle, le défaut était apprécié, non seulement pour sa couleur fascinante, mais aussi pour son corps et sa saveur. Cent ans plus tard, de prestigieuses maisons françaises et internationales présentent leurs vins mousseux rosés comme de grandes œuvres d'art.

Vins mousseux blancs, la tradition se poursuit

Comme nous l'avons déjà dit, les raisins utilisés déterminent le type de vin mousseux.  À partir de là, les possibilités sont multiples. Il faut reconnaître que le haut niveau des œnologues et la grande diversité des caractéristiques climatiques et édaphologiques des différentes régions viticoles, nous permettent d’offrir une grande variété de vins de la plus haute qualité.

Sachant que chaque appellation mise sur un assemblage précis, la gamme des vins blancs est très large. D'une manière générale, il existe deux types de vins mousseux : les « blancs de blancs » ouvins mousseux issus de raisins blancs et les « blancs de noirs » ou vins mousseux issus de raisins rouges. À partir de là, les vins obtenus varieront en fonction du mélange et du caractère que le vigneron veut donner au vin. Du vieil or à l'or vert, en passant par le jaune intense et le jaune cristallin, en général, plus le vin est puissant, plus il apparaîtra sombre, et plus le vin est léger, plus il sera clair.

Selon la tradition, les assemblages sont tout à fait identifiables dans chaque région. Par exemple, en France, sous la prestigieuse AOC Champagne, les vins mousseux classiques sont élaborés à partir des cépages chardonnay, pinot meunier et pinot noir. En revanche, l'appellation d'origine espagnole Cava vinifie les variétés xarel-lo, parellada et macabeo. En Italie, par contre, la principale variété blanche du prosecco est la glera, et en Allemagne, le Sekt est produit principalement à partir du raisin Riesling. À partir de là, les variétés sont multiples.

Vins mousseux rosés, une touche d'innovation

Si l'on commence à parler de vins rosés, on évoquera forcément leur couleur. Ils doivent leur nom à leur couleur rosée. Cette jolie teinte rose n'est pas due au hasard. Elle dépend principalement de la sélection des raisins blancs et rouges et, surtout, des heures de macération fermentaire auxquelles le vin est soumis pour son élaboration. La durée varie en fonction du vigneron, qui décide quand arrêter la macération. Ce procédé permet non seulement de colorer le vin mousseux, mais aussi de lui donner du corps et de la saveur.

Lorsqu'il s'agit de nommer des variétés typiques, le rosé est l'un des plus polyvalents. En Champagne, les cépages les plus courants sont le pinot noir et le pinot meunier. À Cava, les variétés utilisées sont letrepat, le grenache noir, le monastrell et le pinot noir. En Italie, le lambrusco, le vin rosé pétillant le plus populaire au niveau international, est élaboré principalement à partir des variétés grasparossa, maestri, marani, montericco, salamino et sorbara. Derrière ces classiques, on trouve d'autres zones de production de vins mousseux moins connues qui ont connu une croissance considérable ces dernières années, comme la Nouvelle-Zélande, l'Australie, les États-Unis et l'Afrique du Sud. Des régions du Nouveau Monde qui, n’étant pas attachées à de longues traditions, ont plus de liberté pour oser de nouveaux assemblages.

Compte tenu de ce qui précède, qu'il s'agisse de vins mousseux blancs ou de vins mousseux rosés, comme le dit l'adage, « À chacun sa méthode », chaque œnologue a sa propre méthode pour mener à bien sa tâche. Une manière de penser qui, heureusement, ouvre tout un monde de possibilités. Qu’attendez-vous ?

Abonnez-vous maintenant à notre newsletter. Recevez des offres exclusives et des nouvelles de notre boutique de vin.