Blog sur le vin

Ne ratez pas nos articles sur le monde du vin. Caves, types d'élaborations, régions viticoles, accords, interview des meilleurs professionnels de la scène viticole, toute l'actualité sur le monde du vin...

Routes du vin pour redécouvrir Cadix

Cadix est réputé pour ses merveilleuses plages. Paysages de rêve, couchers de soleil à couper le souffle et plage de sable blanc fin font partie des lieux les plus recherchés par les centaines de touristes qui, année après année, se rendent dans la province la plus méridionale d'Andalousie, dans le sud de l'Espagne.



Cependant, sans enlever le mérite à ses 260 km de littoral, Cadix a d'autres atouts, comme ses vins et ses routes du vin. Comme le disait le romancier américain Henry Miller, « notre destination de voyage n'est jamais un lieu, mais une nouvelle façon de voir les choses ».

Si vous êtes amoureux de Cadix et que vous pensez tout connaître de cet endroit, vous vous trompez. Voici une sélection des meilleurs domaines viticoles pour redécouvrir la province.

GONZALEZ-BYASS

Voulez-vous vous sentir comme les acteurs Blanca Suárez ou Javier Rey dans le film « El verano que vivimos » ? Commençons par Bodegas González-Byass.

En 1835, alors qu'il avait à peine 25 ans, Manuel María González a acheté cette cave au cœur de Jerez de la Frontera, qu'il a appelée Tío Pepe, en l'honneur de son oncle (qui lui avait tout appris sur le commerce du sherry). C'est ainsi qu'est né le vin fino le plus célèbre du monde, qui est encore élaboré dans ces caves - le décor où le film a été tourné - et où chaque recoin est rempli d'histoires et d'anecdotes.

À l'intérieur de ses murs, vous trouverez des particularités aussi uniques que la rue Ciegos (considérée comme l'une des plus belles d'Espagne), ou la cave circulaire de La Concha (construite en fer et inaugurée en 1862 lors de la visite de la reine Élisabeth II).

Avec une production de 15 millions de bouteilles, González-Byass continue aujourd'hui d’être un référence pour de nouvelles expériences, avec les restaurants dans ses jardins, les concerts du « Festival Tio Pepe » ou l'hôtel Bodega Tio Pepe (considéré comme le premier hôtel de sherry au monde).

À ne pas manquer : une baignade dans la piscine de l'hôtel avec vue sur la cathédrale de Jerez, depuis sa terrasse, avec un verre de Croft Twist pétillant ou d'un Oloroso Alfonso sec.

MARQUÉS DEL REAL TESORO - VALDESPINO (GROUPE ESTÉVEZ)

Un jour, José Estévez, propriétaire du Grupo Estévez, a demandé à Victoria Frutos Climent, viticultrice de la cave Real Tesoro, ce qui se passerait si le projet Genoma Music était appliqué à ses vins.

Selon les informations du site web, ce travail de recherche - mené par le Dr Aurora Sánchez Sousa, chef de l'unité de mycologie de l'hôpital Ramón y Cajal - vise à étudier comment transformer et traduire en notes de musique les séquences génétiques des levures florales responsables de la reproduction biologique.

« Quand il m'a expliqué l'idée, je lui ai dit qu'il ne devrait pas y avoir de problème. La musique n'allait pas nuire au vin », dit Victoria en haussant les épaules. Depuis lors, le silence des caves de ce groupe est rompu par les mélodies qui retentissent à certaines heures.

« Cependant, il est allé plus loin et a également fait traduire sa propre séquence d'ADN. Ainsi, chaque jour, avant les morceaux habituels avec la séquence de levure, il joue d'abord sa propre mélodie. C'est une façon de rester présent, même s'il n'est plus avec nous », explique Victoria. Sans aucun doute, une idée de génie !

Parler du Grupo Estévez, c'est parler de l'un des groupes les plus anciens et les plus traditionnels de la région de Jerez. Membre de l'Ordre royal des fournisseurs de la Maison royale et des fournisseurs de la Maison royale de Suède, son histoire débute en 1264 avec Alfonso Valdespino, un chevalier qui a combattu aux côtés d'Alphonse X le Sage lors de la reconquête de Jerez de la Frontera. En récompense, le roi lui a donné des terres et des domaines qui ont été consacrés à la culture des vignobles, ce qui est à l'origine des vignobles de Valdespino.

Cependant, ces installations ne sont qu'une des pièces du grand puzzle de ce groupe viticole, également composé des caves La Guita et Real Tesoro, dont les installations sont réparties entre les caves de la Calle Misericordia, à Sanlúcar de Barrameda, et les installations de la N-IV, à Jerez de la Frontera.

Dans cette dernière enclave repose Inocente, le seul Fino du marc élaboré à partir de la variété Palomino qui provient uniquement du domaine de Jerez de Macharnudo, l'un des plus convoités.

Ces caves ont pour particularité : la fermentation en fûts de chêne d'environ 500 litres (la fermentation se fait maintenant généralement dans des cuves en acier inoxydable pouvant aller jusqu'à 50 000 litres) et ses 10 rangées de criaderas ( qui sont normalement limitées à 2 ou 3).

« Les vins sont comme des personnes. Au début, les premières criaderas sont comparables à un enfant : il bouge, il est agité, il a toute la vie devant lui, il est très irrégulier », assure Victoria. « Puis, au fil du temps, il devient de plus en plus calme, comme une personne âgée. D'où notre décision de maintenir ce nombre de criaderas et de leur donner tout le temps dont elles ont besoin ».

À ne pas manquer : la visite de la collection d'art et du haras, avec plus de trente
chevaux pur-race espagnols de robe noire.

MUCHADA-LECLAPART

Un vin incontournable pour découvrir le vrai raisin Palomino. Cette cave, située à Sanlúcar de Barrameda, est le meilleur exemple de la façon dont on peut faire les choses différemment. Lors d'un de vos précédents voyages à Cadix, vous avez certainement goûté un vin élaboré à partir de raisins palomino, la variété typique de la région. Cependant, nous vous assurons qu'une gorgée des vins élaborés par Alejandro Muchada et David Léclapart est bien différente de ce que vous avez goûté jusqu'à présent.

Expression maximale du terroir et du palomino. C'est ainsi que l'on pourrait résumer cette cave, l'une des rares de la région à travailler les vignes selon les principes de l'agriculture biodynamique et de l'école française de bonne vinification, où le raisin Palomino - qui a toujours été catalogué comme une variété neutre - obtient des nuances riches et variées. En un mot : délicieux.

Pour eux, qui se sont rencontrés en France, les raisins de qualité sont la base de tout vin (les choses doivent être bien faites dès le départ). Dans ce cas-ci, la matière première provient directement des vieilles vignes plantées à La Platera, Miraflores Alta et Camino del Puerto, trois domaines situés entre Sanlúcar et Chipiona, tout près de l'océan Atlantique et orientés vers l'ouest.

À ne pas manquer : au cours de la visite, une promenade avec Juan Peregrino, le contremaître du vignoble, qui prétend avoir le même âge que le vignoble. À plus de 80 ans, il est une véritable encyclopédie vivante. L'un des rares témoignages vivants restants dans la région.

BARBADILLO

S'il y a bien un endroit où se produit la magie, c'est sans aucun doute à Barbadillo. Ces caves, fondées par Benigno Barbadillo et Manuel López Barbadillo à leur retour d'Amérique en 1821, ont connu diverses extensions réalisées année après année. La plupart des installations, situées dans le Barrio Alto Sanluqueño, appartenaient à l'Église et ont été acquises lors du démantèlement de Mendizábal. Certains ouvriers assurent qu’elles cachent encore les cachots où le clergé enfermait les mauvais payeurs qui refusaient de payer la dîme.

Aujourd'hui, 200 ans plus tard, ces établissements vinicoles uniques sont devenus un symbole de Sanlúcar. Entre ses murs se cache La Arboledilla, l'une des plus grandes caves-cathédrales de la province, où reposent 1 500 barriques. Montse Molina, l'œnologue, les connaît tous sur le bout des doigts et décrypte parfaitement les secrets de ce temple où l'est et l'ouest jouent avec les vins : le même fut, avec le même moût -mais baigné de vents différents-, produisent deux vins totalement différents.

Alors que la clarté et la fraîcheur de l'ouest rendent les vins plus délicats, fins et moins lourds en bouche, la rébellion et la force de l'est - qui soufflent dans un coin beaucoup plus sombre et humide - donnent un vin beaucoup plus puissant et de caractère. Un miracle et un mystère qui ne peuvent se produire qu'à Sanlúcar.

À ne pas manquer : la visite de la cave San Guillermo, qui fait partie des caves Barbadillo,
ancien couvent converti en cave.

Il est très probable qu'à votre retour chez vous, vous souffriez du syndrome post-vacances. Ses principaux symptômes sont une fatigue extrême bien plus importante qu'au début de vos vacances - accompagnée d'une grande mélancolie et d'une grande nostalgie. Il va sans dire que nous déclinons toute responsabilité. Il est clair que les vacances sont faites pour se reposer, mais qui dirait non à un tel programme ?

Articles en relation

Abonnez-vous maintenant à notre newsletter. Recevez des offres exclusives et des nouvelles de notre boutique de vin.