Entrevue avec Jose Luis Contreras, fondateur de Verema.com

Hier, on a célébré à Barcelone l’un des rendez-vous oenologiques les plus attendus par les amateurs de vins dans la ville comtale, la “Experiencia Verema Barcelona 2015”. En effet, malgré sa récente apparition, l’évènement est devenu une véritable référence dans le secteur, en réussissant avec succès à attirer un grand nombre de visiteurs et de caves exposantes.

Durant cette troisième “Experiencia Verema Barcelona” nous avons eu l’opportunité de déguster les derniers millésimes de certains de nos vins favoris, comme par exemple le puissant et juteux Numanthia, de même que de faire révérence à d’authentiques bijoux de l’oenologie, comme les très vieux PX de la cave Toro de Albalá.

experiencia-veremaTroisième “Experiencia Verema Barcelona” © Verema.com

De plus, nous avons eu le plaisir de pouvoir parler avec Jose Luis Contreras, collaborateur et co-fondateur de verema.com, du secteur et de ses goûts oenologiques. Ne manquez pas son intéressant point de vue:

– Quel est à votre avis sur l’état de santé du panorama viticole espagnol de nos jours?

En général, très bon. Les techniques ont énormément  avancé ces 30 dernières années, de plus, de nouveaux projets sont apparus avec de jeunes oenologues qui ont rejoint d’autres plus expérimentés.

À présent, nous savons que le vin s’élabore davantage dans la vigne que dans la cave, ce qui a permis d’accroître sensiblement la qualité des vins espagnols. De même, la crise a ouvert le chemin à de nouveaux défis pour un secteur qui a ainsi dû s’ouvrir aux marchés extérieurs, augmentant son niveau de compétitivité. Lorsque nous parlons de vins de qualité, ceux espagnols (surtout les vins rouges) atteignent un haut niveau dans le panorama international.

– Depuis votre expérience à Verema, jusqu’à quel point pensez-vous qu’internet influence le secteur ? Comment imaginez-vous le future ?

Les marchés communiquent sans arrêt et si l’on prend en compte cette donnée, on peut dire qu’internet est “LE MOYEN” de communication par excellence. Verema.com est né en 2000, période durant laquelle les sites internet étaient souvent  inconnus des caves, de même pour une grande majorité des utilisateurs bien qu’ils l’utilisent de manière habituelle à présent.

Nous avons vu et vécu son évolution en personne et son potentiel est spectaculaire. Internet est déjà un outil du présent mais continuera son ascension jusqu’à devenir dans un future proche un moyen incontournable pour se mettre en relation avec les différents agents qui exercent dans le secteur, rendant la communication difficile s’ils ne l’utilisent pas.

– Quelle évaluation donneriez-vous aux dernières expositions de “Experiencias Verema” ? Quels ont été les points qui vous ont le plus surpris ?

Au cours de l’année 2015 nous avons organisé 6 “Experiencias Verema” dans différentes villes espagnoles. Pour 2016, nous ferons probablement à nouveau ce même numéro de “Experiencias” dans le territoire national et probablement à l’étranger.

Ce qui nous a le plus surpris est de constater qu’il y a de plus en plus de personnes, jeunes, intéressées de participer à nos “Experiencias” ce qui nous permet de penser avec joie de l’évolution du marché national dans le future. Nous devons être réalistes quant à la consommation de vin par personne en Espagne et commencer à nous positionner au même niveau que les pays européens de forte tradition et culture du vin dans la consommation de vin.

– Verema ne dénombre pas seulement des utilisateurs d’Espagne mais également de toute l’Europe. Selon vous, quelle image possèdent les consommateurs européens sur nos vins ?

Verema.com est le leader mondial dans la communication du secteur de vin en espagnol. Cela signifie, qu’après l’Espagne, c’est en Amérique du sud et aux États-Unis (hispanophone) où nous comptons le plus adeptes. Néanmoins, nous avons également en Europe un bon nombre d’utilisateurs qui lisent nos recommandations bien que se soit un marché très développé dans lequel il est compliqué de pénétrer pour les cave espagnoles dû à la forte concurrence.

Je pense que l’Amérique du sud est un marché potentiel pour le vin espagnol et offre de grandes perspectives futures pour nos caves.

– Pourriez-vous vous définir ? 5 questions qui nous aideront à vous connaître:

1- Que préférez-vous ?: vin rouge, blanc, rosé, cava ou champagne ?

N’importe lequel à partir du moment qu’il soit bon.

2- Quelle est votre Dénomination d’Origine préférée ?

En Espagne, Jerez me séduit particulièrement pour divers motifs, mais j’apprécie beaucoup voyager parmi les zones productives qui offrent une grande diversité. Au niveau international, indiscutablement Borgoña et Champagne.

3- Quelle variété de raisin préférez-vous avoir dans votre vin ?

Oh là là, il y en a tant ! Mais c’est avant tout le travail en vigne qui doit me surprendre.

4- Vin jeune ou vieilli ?

Les deux, selon le moment. J’adore les vins classiques qui te permettent de communiquer avec le passé tout en les savourant mais il y a également de très bons vins jeunes sur le marché.

5- Un oenologue dont vous recommandez de suivre son travail

C’est un choix difficile car j’en connais un grand nombre que je recommande de suivre, pour autant peut-être que je choisirais Telmo Rodríguez pour sa formation et sa passion pour le vin ainsi que pour sa capacité à tant voyager. De même, pour ses productions de vins variés dans diverses zones productives espagnoles tout en essayant de créer des vins qui s’identifient au travers de leur pays natal et de la tradition de chacune de ces zones.

À propos de Decántalo

Nous sommes le magasin avec le meilleur catalogue en ligne de vin espagnol. Nous sommes constamment à la recherche des dernières nouveautés, des bouteilles les plus spéciales pour profiter ensemble du fascinant monde du vin. Partagez-vous notre passion pour le vin ?
Esta entrada fue publicada en Sin categoría. Bookmark the permalink.

Poster un commentaire