Entretien avec Ramón Parera de la cave Pardas

Nous avons parlé avec Ramón Parera, viticulteur et œnologue de la cave Pardas, qui nous a raconté comment la cave a été fondée et quelle est sa philosophie par rapport au terroir et à ses vins. Très intéressant !

cave Pardas1.    Pouvez-vous nous racontez le début de votre cave, quelle est son histoire?
Nous avons entamé le projet de la cave Aspriu en 1996, lorsque Jordi Arnan, viticulteur et ingénieur agricole, et moi même, Ramon Parera, aussi viticulteur et œnologue de la cave, avons décidé d’élaborer les meilleurs vins possibles dans notre propriété, Finca Can Comas, située dans la municipalité de Torrelavit, dans la A.O. Penedés.
Et alors, nous ne sommes pas des investisseurs dans le monde du vin, mais des viticulteurs et des producteurs. Et c’est à partir de nos vignobles, cultivés par nous-mêmes, que Pardas a été créé.
On mène à bien une viticulture strictement en terrain non irrigué. On ne laboure pas la terre et on ne fertilise nos vignobles non plus. On n’utilise pas des produits de synthèse, des insecticides ni d’herbicides. On ne fait pas une production biologique ni biodynamique ; nous suivons notre chemin, en utilisant des idées des deux disciplines selon ce que nous considérons plus intéressant.

2.    Quel est votre vin phare? Qu’est ce que vous avez en tête pour l’avenir?
Sans aucun doute les Asprius, qui sont des vins de terroir.
Aspriu Blanc : Vin de cépage de Xarel.lo de “La Lola”, une propriété de 1,2 hectares orientée ver le sud. Les souches sont très vieilles. En fait, on ne sait pas leur âge.
Aspriu rouge, Pardas Aspriu Criança 2007 : procédant de La Barraca, une propriété de 2,5 hectares de sols d’ardoise et gravier, orientée ver le nord.
Aspriu n’est élaboré que lors des bons millésimes. Alors, lorsqu’il est dans le marché, c’est parce que nous sommes vraiment sûrs de son potentiel.

3.    Dans le processus d’élaboration, quels sont les éléments différentiateurs de votre cave par rapport aux autres?
Nos raisins sont récoltés à la main en boîtes de vingt kilos et ils passent par une sélection stricte dans le vignoble et, en cas de doute, par une double sélection en table de sélection à la cave.
Un des atouts les plus importants de la cave sont nos réservoirs centenaires en béton, qu’on a conservé et restauré. Ils nous permettent d’introduire les raisins par gravité sans besoin d’avoir recours aux moyens mécaniques. En plus, ils nous permettent de faire des grandes extractions, puisque ses murs de 0,5 mètres rendent les températures parfaites pour les macérations.
Les travaux dans la cave sont essentiels et peu interventionnistes. Nous croyons que cela est important pour pouvoir refléter le terroir et le climat dans son expression maximale dans le goût du vin.
On revendique la figure du maître de cave. À Pardas, si une tâche peut être réalisée par une personne, elle sera réalisée par une personne, et pas par des machines. C’est ainsi qu’on personnalise tous nos processus.

4.    La viticulture est en évolution constante. Que doivent faire les caves pour s’adapter aux changements et continuer actives dans le marché?
Formation constante. Mais l’instinct et suivre son propre chemin est aussi très important. C’est une façon personnelle et intransférable de travailler.
Notre cave est petite et nous ne pouvons pas écouter le marché. Il faut élaborer des vins personnels et alors, c’est sûr que le marché va réagir positivement.

5.    Comment voyez-vous la situation actuelle de la viticulture espagnole par rapport au marché international ? Quelle est la place du marché espagnol?
Lorsqu’on essaye de vendre son vin partout dans le monde, on se rend compte de l’importance des régions viticoles les plus traditionnelles de l’Europe : France, Italie et Allemagne, principalement. Pour beaucoup de consommateurs, Catalogne et par extension Espagne est conçu comme un pays émergeant, avec une courte tradition.
Il y a un long chemin à parcourir.

6.    Et dans le cas de Pardas, avez-vous misé par le marché international? Est-il plus facile que se battre dans le marché national actuellement?
Nous vendons en Catalogne et partout dans le monde, mais nous avons une vocation exportatrice plutôt et nous ne vendons pas beaucoup en Espagne.

Décrivez-vous. 4 questions pour nous aider à te connaître :

1. Que préférez-vous? Du blanc, du rouge, du rosé, du cava ou du champagne?
Des vins des tous les couleurs. Cela dépend plutôt du moment, de la personne avec laquelle on va le partager, etc.
2. Quelle est votre Appellation d’Origine préférée?
Bourgogne
3. Quelle variété de raisins préférez-vous de trouver dans un vin?
Parler seulement de variétés fait preuve d’une certaine étroitesse de vues. Très souvent, la variété n’est que le vecteur du climat et du terroir.
4. Vin jeune ou d’élevage?
Jamais jeune. Un vin bon, avec ou sans barrique. La barrique est utilisée pour aider le vin à atteindre la plénitude de son expression et pas pour fournir le goût des barriques.
5. Quel œnologue recommandez-vous parmi ceux qui actuellement lancent au marché des vins qu’il faut absolument goûter?
Josep Queralt, de Heretat Montrubí, qui produit des vins issus de la variété Sumoll. Elle prend le devant de la scène dans les vins uniques, très particuliers et avec une grande typicité qu’il produit.

Et pour terminer, trois recommandations de vin ou cava, au dessous de 10 euros, au dessous de 20 euros et au dessous de 30 euros.

Au dessous de 10 euros
Pedradura de Ràfols del Caus

Au dessous de 30 euros
Recaredo Brut de Bruts Brut Nature 2002

Au dessous de 50 euros
Gaintus de Heretat Montrubé

Esta entrada fue publicada en Entretien and tagged , , , , , , . Bookmark the permalink.

Poster un commentaire