Entretien avec Amancio Fernández de la cave Losada Vinos de Finca

Cette semaine, nous avons eu le plaisir de parler avec Amancio Fernández, de la cave Losada Vinos de Finca. Il nous a raconté comment on travaille dans sa cave par rapport à l’élaboration et l’élevage des vins de Mencía et à l’expansion internationale des vins de l’Appellation d’Origine Bierzo. Ne ratez pas cet entretien!

Losada Vinos de Finca1.    Pouvez-vous nous racontez le début de votre cave, quelle est son histoire?
Le projet Losada Vinos de Finca a commencé en 2005 après l’achat de quelques petites parcelles de vieux vignobles de la variété Mencía. Nous cherchions des vieux vignobles plantés dans des sols en argile où l’on puisse obtenir des fruits excellents pour élaborer des vins très élégants. Au départ, nous avons élaboré nos vins dans des installations qu’on a dû louer, et ce n’était qu’en 2010 qu’on a pu déménager à la nouvelle cave.

2.    Quel est votre vin phare? Qu’est ce que vous avez en tête pour l’avenir?
Je crois que le vin qui reflète notre identité le mieux est le Altos de Losada 2007, puisqu’il est le résultat de la récupération de 21 parcelles de vieux vignobles de Mencía. Il est marqué par notre viticulture et par notre travail dans les vignobles.

3.    Dans le processus d’élaboration, quels sont les éléments différentiateurs de votre cave par rapport aux autres?
J’ai toujours pensé qu’on devait chercher à produire des vins qui reflètent les caractéristiques de leur région et le respect de la tradition, cherchant au même temps à s’approcher des gens et pas seulement des critiques. La caractéristique principale de nos vins doit être l’harmonie entre les notes de fruit et les notes fournies pendant l’élevage, cherchant à faire ressortir les qualités des vignobles.

4.    La viticulture est en évolution constante. Que doivent faire les caves pour s’adapter aux changements et continuer actives dans le marché?
La plus part des fois, les solutions les plus simples sont les plus efficaces pour les problèmes de la viticulture. À mon avis, la viticulture doit s’adapter aux conditions spécifiques de chaque région, du climat, de l’orographie, des sols et des variétés.

5.    Comment voyez-vous la situation actuelle de la viticulture espagnole par rapport au marché international ? Quelle est la place du marché espagnol?
À mon avis, les producteurs espagnols doivent perdre leurs complexes lorsqu’ils sortent aux marchés internationaux. Même s’il semble un cliché, il y a beaucoup de travail à faire à l’international, surtout par rapport à la divulgation des excellents et divers vins qu’on a en Espagne, à leurs variétés, zones de production, etc.

6. Et dans le cas de Acústic, avez-vous misé par le marché international? Est-il plus facile que se battre dans le marché national actuellement?
Pour nous, le marché international a été très important du premier moment, puisqu’il est plus réceptif que le marché national aux vins de grande qualité des petites régions comme le vins de D.O Bierzo. Nous sommes très contents de notre engagement à l’internationale.

Décrivez-vous. 4 questions pour nous aider à te connaître :

1. Que préférez-vous? Du blanc, du rouge, du rosé, du cava ou du champagne?
Moi, je n’ai pas de préférences. J’aime tous les vins honnêtes qui reflètent fidèlement leur région. Le reste, cela dépend du moment.
2. Quelle est votre Appellation d’Origine préférée?
Bierzo, Monsant, Ribera del Duero, Ribeira Sacra, Valdeorras… En générale j’aime comment on travaille les variétés locales dans plein d’endroits.
3. Quelle variété de raisins préférez-vous de trouver dans un vin?
J’en aime plein : le Mencía, le Prieto Picudo, le Grenache, le Godello, etc.
4. Vin jeune ou d’élevage?
En générale, j’aime les vins complexes, avec du caractère, mais seulement ceux où les notes de l’élevage ne cachent pas les qualités d’un bon vignoble.
5. L’œnologue dont il faut gouter des vins actuellement.
Il y en a plein et très bons qui travaillent dans plein de régions. Il y en a qui sont plus connus et d’autres qui travaillent plus discrètement. J’aime les vins de Raúl Pérez, spécialement ceux qui sont élaborés à partir de Mencía, mais j’aime aussi les vins de Cesar Muñoz, Pepe Mendoza ou Toni Sarrión.

Et pour terminer, trois recommandations de vin ou cava. Au dessous des 10 euros, de 30 euros et de 50 euros

Au dessous de 10 euros

Juan Gil Monastrell Crianza 2009, D.O Jumilla

Au dessous de 30 euros

Enrique Mendoza Estrecho Monastrell 2005, D.O Alicante

Au dessous de 50 euros

Las Lamas de Descendientes de J.Palacios, D.O Bierzo

Esta entrada fue publicada en Entretien and tagged , , , , , . Bookmark the permalink.

Poster un commentaire